Biotonne Diary

Matter, flow, valorize, intensify.

Sarò sempre un po’ di meno quello che sono,
e anzi, molto meno. Polvere. Ho perso molto.
Ciò che si perde è irrecuperabile, e lo si recupera esso
è ormai disperso. Non rientra più nell’ordine prestabilito delle cose.
Carlo Bordini, Polvere.

Avant les beaux-arts, j’ai étudié l’urbanisme, j’ai appris un mot latin, condo.
C’est la racine du verbe condere: ça veut dire à la fois conserver la nourriture et fonder une ville. La relation entre les deux, c’est la nécessité quand on habite une ville, de stocker des choses, de conserver le surplus.
Kara Uzelman

Notre civilisation impose l’enfouissement du déchet et la dissimulation de la pourriture à la-quelle est promise toute matière, y compris celle de notre corps.
Catherine Millet, L’art contemporain, Histoire et Géographie, Flammarion, 2010.

La production de déchets est une condition inexorable.
Jeter la poubelle nous rend des êtres contemporains.

Les déchets fourrent les caves abandonnées, s’accumulent sous les champs, remplissent les ventres des montagnes, flottent sur l’eau après les jours de pluie sans cesse.
Parfois, ils envahissent les rues, on y marche dessus.

Dans toutes les maisons en Allemagne il y a un bac où l’on dépose les déchets qui peuvent se décomposer dans la terre. Ils y restent quelques jours, avant d’être vidés dans un grand bac marron qui porte l’étiquette BIOTONNE. Ils noircissent lentement, dégagent des odeurs, s’abiment dans la pourriture.

Je fouille dans les os des animaux consommés pour mon alimentation.

La création est une forme de démantèlement.